Le protecteur du citoyen, Renard Hedouville: « Nous considérons le premier ministre Ariel Henry comme étant un suspect dans l’assassinat du président Jovenel Moïse »

L’Office de Protection de Citoyen ( OPC) réitère son appel à la démission du Premier Ministre Ariel Henry suite à la confirmation par la compagnie Digicel des relevées téléphoniques entre ce dernier et Joseph Badio, recherché activement par la police dans l’assassinat du Président Jovenel  Moïse. Lors d’un point de presse tenu ce lundi 12 septembre, le Protecteur du Citoyen, Renan Hédouville demande purement et simplement la démission du locataire de la Primature. Selon lui, Ariel Henry est « (considéré) comme un suspect dans le cadre de cet assassinat au regard du principe du Droit Pénal national et international et pourrait devenir un inculpé… »

« Au regard du principe du droit Pénal national et international, au niveau de l’OPC, nous considérons le premier ministre Ariel Henry comme étant un suspect dans l’assassinat du Président Jovenel Moïse et peut devenir un inculpé ou un accusé dans le plein sens du mot tout dépend ce que révèlent les conversations téléphoniques », a lâché Renan Hédouville

qui dit décider de prendre une position objective et courageuse pour demander purement et simplement la démission du Premier ministre Ariel Henry afin qu’il puisse se mettre à la disposition de la justice  aux fins d’éclairer la lanterne de l’opinion nationale.

« Au nom du droit à la vérité, au nom du droit à la justice, du droit à l’information et au nom du droit à la transparence, il faut que le premier ministre Ariel Henry dise son mot suite à la confirmation  des révélés d’appels téléphoniques entre ce dernier et Félix  Badio», ajoute le Protecteur Renan Hédouville, arguant que le Patron de la primature doit s’expliquer par rapport à ces révélations de la Digicel. Il en a profité pour appeler particulièrement la Communauté Internationale, l’OEA, le Core Group à se questionner sur ces dernières dernières révélations.

Renan Hédouville a également appelé les forces vives de la nation, les forces morales, principalement la frange saine de l’Église Catholique et de Protestante, les leaders politiques à se prononcer sur la question.

« Le Premier ministre Ariel Henry était-il en train de parler avec son patient Felix Badio le jour de l’assassinat de Jovenel Moïse ou bien ce même premier ministre qui était désigné quelques jours avant par le feu Président Jovenel Moïse, coordonnerait à distance l’assassinat du Président ? », s’interroge Renan Hédouville demandant au chef du gouvernement d’éclairer la lanterne de l’opinion nationale.

Le Protecteur du citoyen, annonçant d’autres positions publiques, fait partie d’un ensemble de personnalités proches de l’ancien président Jovenel Moïse qui se sont dressés ces dernières semaines à visière levée contre le premier ministre Ariel Henry. Ils dénoncent l’accord proposé par ce dernier qui, rappelons-le, est signé par une série de structures politiques de l’opposition, dont le secteur démocratique, la Fusion, le MTVAyiti…

Check Also

Un jour, une date dans l’histoire : 9 juin

C’est le 160e jour de l’année. Le Conseil international des archives a décidé en 2005 …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *